< retour à l'accueil

Comment m'alimenter pendant mon cancer de la prostate ?

Suite au diagnostic d’un cancer de la prostate, il est légitime que vous vous posiez certaines questions :

  • Dois-je manger moins gras ?
  • Quels sont les aliments à privilégier, à éviter ?
  • Dois-je prendre une supplémentation vitaminique ou opter pour une médecine douce ?
Vivre avec le cancer de la prostate

Quels peuvent être les effets de mon traitement sur mon alimentation ?

La perte d’appétit

Les traitements provoquent parfois des effets secondaires : nausées, vomissements, irritation des muqueuses, constipation ou encore diarrhées. Ces effets secondaires peuvent entraîner des difficultés pour s’alimenter. Le goût et l’odorat deviennent différents et quelquefois même, disparaissent. L’appétit et l’envie de manger diminuent. L’alimentation devient alors déséquilibrée et consulter un nutritionniste s’impose(1).

L’augmentation de la fatigue

Les aliments que vous consommez permettent d’apporter l’énergie nécessaire à votre corps pour couvrir vos besoins. Lorsqu’une personne ne mange plus suffisamment, on parle de dénutrition. La personne est alors fatiguée et plus vulnérable aux maladies(2).

L’alimentation est donc un facteur important à ne pas négliger, et ce quel que soit votre état de santé.

Pourquoi mon poids a-t-il changé ?

Vous avez pu prendre ou perdre du poids au cours de votre traitement. De nombreux facteurs peuvent être en cause, comme par exemple(3) :

  • L’absence d’activité physique due au besoin de se reposer
  • Le grignotage engendré par la fatigue, l’anxiété
  • La prise de médicaments
  • La façon dont vous vivez ou avez vécu votre maladie
  • Conserver son poids de forme est essentiel(2,4). Si vous constatez une perte ou un gain de poids, prévenez l’équipe soignante. En effet, lorsque le poids varie de façon importante cela traduit une modification de l’état de santé et nécessite un contrôle médical.

De plus, le surpoids augmenterait le risque de rechute(4).

Quels sont les aliments à privilégier ?

  • Mangez au moins 5 fruits et légumes par jour

Des études suggèrent un rôle protecteur de certains fruits, contre la progression du cancer de la prostate(5).

  • N’oubliez pas de bien vous hydrater

Il est recommandé de boire au moins 1L à 1,5L d’eau par jour. Un conseil : ayez toujours une bouteille d’eau à portée de main(2).

  • Privilégiez les céréales complètes et légumineuses

Pour l’apport en glucides, préférez les aliments sources de nutriments essentiels : pain, pâte, riz. Ces derniers sont riches en fibres(4).

  • Ne négligez pas les protéines

Un apport conséquent en protéines est important à toutes les étapes de votre cancer. Les principales sources de protéines sont les aliments pauvres en graisses comme le poisson, la volaille maigre, les œufs et les produits laitiers allégés(4).

Quels sont les aliments à éviter ?

Réduisez votre consommation de mauvaises graisses (si vous ne perdez pas de poids). Ces graisses se trouvent principalement dans(6) :

  • Les laitages entiers (lait entier, beurre, fromages)
  • Les charcuteries grasses (saucisson, rillettes, gras des charcuteries)
  • Les viennoiseries
  • Les plats cuisinés tout préparés
  • Les viandes grasses (entrecôte, agneau, côte de porc...)

Dois-je consommer des aliments riches en vitamine E ou en sélénium ?

D’après des données récentes, aucun argument scientifique ne peut justifier la prise de vitamine E ou de sélénium dans la prévention du cancer de la prostate(7).

Y'a-t-il des contre-indications alimentaires avec mon traitement ?

Evitez le mélange jus de pamplemousse et certains médicaments. Un simple verre de jus de pamplemousse peut modifier la quantité de principes actifs de certains médicaments et favoriser leurs effets indésirables(8). Cela ne concerne pas tous les médicaments, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Que faire en cas de manque d'appétit ?

La maladie et les traitements peuvent provoquer une perte d’appétit. Or, vos besoins alimentaires ne diminuent pas et manger trop peu fragilise, surtout lorsqu’on doit faire face à une maladie. Il est donc important de maintenir une hygiène de vie saine et équilibrée(2). Voici quelques conseils pour vous y aider :

Conservez le plaisir de manger(2) : 

  • Relevez les saveurs avec du citron, des herbes aromatiques en cas de perte de goût
  • Enrichissez certains plats avec du fromage râpé, une sauce béchamel, des œufs, du jambon
  • Privilégiez une alimentation ni trop chaude, ni trop froide
  • Evitez les modes de cuisson dont l’odeur peut déclencher une nausée
  • Si besoin, augmentez l’onctuosité d’une préparation en y ajoutant de la crème fraîche

Mangez moins mais souvent. Dans la journée, ajoutez un goûter et des collations à base d’entremets « riches » : gâteau de riz, crèmes desserts...(2)

Pratiquez une activité physique régulière. Elle augmenterait l’appétit, diminuerait la constipation et la fatigue. L’exercice physique a également la particularité de favoriser le bien-être, d’améliorer la santé et de préserver l’autonomie(2,4).

Dois-je prendre des compléments alimentaires ?

Aucune étude n’a pu démontrer clairement et définitivement un effet bénéfique de la prise de compléments alimentaires lors du traitement d’un cancer(4), cependant, en cas de métastases osseuses, des compléments de calcium et de vitamine D sont généralement prescrits. Ils peuvent être associés à des médicaments (bisphosphonates,...) pour solidifier vos os et éviter qu’ils ne se fracturent(6,9).

L’avis de votre médecin ou nutritionniste est donc primordial.

Qu'en est-il des médecines complémentaires ? 

De nombreux patients ont recours à des médecines complémentaires, appelées aussi « médecines douces », « parallèles » ou « alternatives » : homéopathie, plantes, acupuncture, massages, ostéopathie...(10)

Alimentation pendant un cancer de la prostate

Quelques conseils pour la vie quotidienne(4,5,11)

Nutrition 

  • Mangez 5 fruits et légumes par jour
  • Hydratez-vous (au moins 1L d’eau par jour)
  • Privilégiez les céréales complètes et légumineuses
  • Ne négligez pas les protéines (oeufs, poissons, volailles maigres, produits laitiers allégés)
  • Réduisez les mauvaises graisses (si vous ne perdez pas de poids) : laitages entiers, charcuteries grasses, viennoiseries, plats cuisinés, viandes grasses (entrecôte, agneau, côte de porc…)

Appétit

  • Relevez les saveurs (herbes aromatiques, citron…)
  • Evitez les cuissons provoquant des odeurs fortes pouvant provoquer des nausées
  • Enrichissez certains plats (fromage râpé, oeufs, jambon…)
  • Privilégiez une alimentation ni trop chaude ni trop froide
  • Mangez moins mais souvent en ajoutant un goûter, une collation à base d’entremets «riches» (gâteau de riz, crèmes desserts…)
  • Pratiquez une activité physique. Elle augmente l’appétit, diminue la constipation et la fatigue. Elle favorise aussi le bien-être, améliore la santé et préserve l’autonomie

Références bibliographiques :

(1) INCa. https://www.ecancer.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=3719&Itemid=2137. Consulté le 01 juillet 2012.

(2) PNNS. La santé vient en mangeant et en bougeant. Le guide nutrition pour les aidants des personnes âgées. Septembre 2006.

(3) Inca. Vivre pendant et après un cancer. Actualisation octobre 2007.

(4) Brown JK. et al. nutrition and physical activity during and after cancer treatment: an american cancer society guide for informed choices, CA Cancer J Clin 2003;53:268–91.

(5) PNNS. Alimentation, nutrition et cancer. Vérités, hypothèses et idées fausses. Août 2003.

(6) Desgrandchamps F. and Cuzin E. Le cancer de la prostate. Tout comprendre pour tout savoir. Ed. Manise. 2005.

(7) Dunn BK. et al. A nutrient approach to prostate cancer prevention: the selenium and vitamine E cancer prevention trial (SELECT). Nutr Cancer 2010;62(7):896-918.

(8) Kiani J. Medicinal importance of grapefruit juice and its interaction with various drugs. Nutrition Journal 2007;6:33.

(9) Cathomas E. et al. Le cancer de la prostate à un tournant. Forum Med Suisse 2011;11(43):759–763.

(10) INCa. http://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Se-faire-soigner/Traitements/Medecines-complementaires. Consulté le 01 juillet 2012.

(11) Alimentation et cancer. Comment s’alimenter pendant les traitements. La ligue contre le cancer. Novembre 2010.