A
+ Adénome prostatique

La prostate peut être le siège de 3 principales maladies : un adénome de la prostate appelé aussi « hypertrophie bénigne de la prostate », un cancer de la prostate et une prostatite (infection de la prostate). Ces 3 maladies peuvent avoir des symptômes similaires. Un adénome se traduit par une augmentation de la taille de la prostate liée à une multiplication importante des cellules prostatiques, mais ce n'est pas un cancer. C'est une affection qui touche pratiquement tous les hommes âgés de plus de 70 ans et qui, en cas de compression de l'urètre, peut être à l'origine de difficultés pour uriner.

+ Androgènes

Les androgènes sont les hormones responsables des caractères masculins comme les poils sur la poitrine, sous les bras et sur le visage. La testostérone produite par les testicules fait partie des androgènes.

+ Anti-androgènes

Les anti-androgènes sont des traitements qui s'opposent à l'action des androgènes ou hormones masculines. La plus connue est la testostérone produite par les testicules. Les anti-androgènes constituent un traitement intéressant dans le cancer de la prostate car ils s'opposent à l'action stimulante des androgènes sur les cellules cancéreuses de la prostate.

B
+ Biopsie prostatique

Les biopsies prostatiques consistent en des prélèvements de petits morceaux de tissu prostatique, envoyés ensuite dans un laboratoire d'anatomopathologie pour être analysés. Des biopsies de la prostate sont généralement réalisées lorsqu'une anomalie est constatée au toucher rectal ou en cas d'élévation de la valeur du taux de PSA. Les biopsies de la prostate sont réalisées, selon les cas, avec ou sans anesthésie (locale ou générale). C'est l'analyse des biopsies de prostate qui permet éventuellement d'identifier des cellules cancéreuses et, dans ce cas, d'affirmer le diagnostic de cancer de la prostate.

C
+ Chimiothérapie

La chimiothérapie est un traitement qui consiste à utiliser des médicaments actifs contre les cellules cancéreuses (par injection dans un site implantable le plus souvent dans une veine). Jusqu'à présent, la chimiothérapie était rarement utilisée dans le traitement du cancer de la prostate car peu active. Mais des progrès importants ont été réalisés au cours de ces dernières années avec la mise sur le marché de nouvelles chimiothérapies efficaces.

+ Cimentoplastie

La cimentoplastie consiste en l'injection d'une sorte de ciment sous la forme d'une pâte modelable, dans un foyer où l'os est fragilisé, comme c'est le cas dans les métastases osseuses. L'objectif de ce traitement est de consolider la région fragilisée et de diminuer l'intensité des douleurs quand elles existent.

+ Curiethérapie

La curiethérapie, aussi appelée "brachythérapie", est une technique de radiothérapie qui consiste à implanter au niveau de la prostate des grains radioactifs qui émettent des rayonnements et détruisent les cellules cancéreuses.

Quelques précautions sont à prévoir. Vous devez porter des préservatifs lors des rapports sexuels et éviter le contact rapproché avec des personnes sensibles (bébé, femme enceinte…). 

D
+ Douleur neuropathique

Douleur liée à une lésion du système nerveux

+ Dyspnée

Trouble de la respiration se traduisant par une difficulté à respirer

E
+ Echographie transrectale

Examen qui permet d’obtenir des images de la prostate par ultrasons au moyen d’une sonde introduite dans le rectum

H
+ Hormonothérapie ou traitement hormonal

Traitement visant à interagir avec une ou plusieurs hormones. Dans le cas du cancer de la prostate, le traitement hormonal empêche l'action stimulante de la testostérone sur les cellules prostatiques.

I
+ Ionogramme sanguin

Dosage des ions présents dans le sang (sodium, potassium, calcium…)

En savoir plus

+ IRM (imagerie par résonance magnétique)

Examen d'imagerie qui, appliquée à la prostate, permet d'obtenir des images très précises, de montrer en cas de cancer une éventuelle extension aux organes ou aux ganglions voisins et de suivre l'efficacité du traitement.

M
+ Métastases

Tumeurs formées à partir de cellules cancéreuses provenant d’une première tumeur (tumeur primitive) et qui ont migrées par les vaisseaux lymphatiques ou les vaisseaux sanguins dans une autre partie du corps où elles se sont installées

O
+ Oncologue

Médecin spécialiste du cancer et de ses traitements, appelé aussi « cancérologue ». On distingue les oncologues médicaux, ou chimiothérapeutes, qui sont spécialisés dans le traitement médical des cancers et les oncologues radiothérapeutes, spécialisés en radiothérapie.

+ Orchidectomie

Ablation des testicules

P
+ PET (ou TEP) scan

Tomographie par émission de positons. Technique récente qui utilise un produit de contraste faiblement radioactif et permet le suivi du cancer et de la recherche de métastases

+ Prostatectomie

Opération chirurgicale qui consiste à retirer toute la prostate sous anesthésie. Lorsque l’ablation de la prostate s’accompagne d’une résection des vésicules séminales (petites glandes accolées à la prostate qui stockent les spermatozoïdes) on appelle cela une prostatectomie radicale 

+ PSA (Prostatic Specific Antigen)

Substance produite quasi exclusivement par les cellules de la prostate et libérée ensuite dans le sang.

En savoir plus

+ Pulpectomie

Ablation des testicules en conservant l’enveloppe externe

R
+ Radiofréquence

Technique visant à désactiver le nerf responsable de la douleur en appliquant un courant électrique pour le cautériser (via la chaleur)

+ Radiothérapie antalgique

Technique visant à soulager des douleurs très localisées, les rayons ayant un effet antidouleur et anti-inflammatoire

+ Radiothérapie externe

C'est la radiothérapie la plus connue et la plus utilisée ; elle consiste à diriger, à partir d'une source externe, des rayonnements vers le cancer pour détruire les cellules cancéreuses.

+ Rééducation sphinctérienne

Rééducation consistant à réaliser des exercices plusieurs fois par jour pour renforcer les muscles du plancher pelvien

S
+ Scanner

Technique d'imagerie qui permet d'obtenir une succession d'images et de coupes de l'intérieur du corps.

+ Scintigraphie osseuse

Examen d'imagerie qui montre des images de l'ensemble du squelette et qui permet notamment de détecter des métastases osseuses et de suivre leur évolution.

+ Score de Gleason

Score côté de 1 à 5 qui mesure, par une étude au miscroscope, l'agressivité des cellules cancéreuses au sein de la prostate.

+ Sphincter

Muscle circulaire autour d’un orifice naturel qui permet l’ouverture et la fermeture d’un organe en se contractant (vessie, anus). Il permet de retenir et évacuer les urines et les selles

T
+ Tachycardie

Accélération du rythme des battements du coeur

+ Testostérone

Hormone mâle synthétisée essentiellement par les testicules et responsable des caractères masculins

En savoir plus

+ Toucher rectal

Examen désagréable mais non douloureux pour le patient qui consiste à examiner la prostate avec le doigt à travers la paroi du rectu. Le médecin doit introduire son index ganté dans l'anus.

En savoir plus

+ Troubles urinaires

Difficultés à uriner dans des conditions normales qui peuvent se traduire par différents symptômes : un besoin fréquent d'uriner, un besoin urgent d'uriner, une difficulté à commencer à uriner ou à cesser d'uriner, une incapacité d'uriner, un jet d'urine faible ou réduit, un jet d'urine qui s'interrompt, la sensation de ne pas avoir complètement vidé sa vessie, la sensation de brûlure ou de douleur en urinant, la présence de sang dans l'urine ou le sperme. Ces symptômes ne sont pas synonymes de cancer de la prostate ils peuvent survenir dans d'autres maladies notamment en cas d'adénome de la prostate ou de prostatite. 

En savoir plus