< retour à l'accueil

Comment s'alimenter pendant ma leucémie lymphoide chronique ?

ALIMENTATION (1, 1bis) 

Au cours du traitement du cancer, la nutrition est un déterminant majeur de votre état de santé. Consulter un diététicien peut vous aider à trouver des solutions adaptées pour des repas équilibrés et qui restent un moment de plaisir.

Les effets du traitement sur l’alimentation (1, 2, 3) 

La perte d’appétit (1, 2) 

Les traitements provoquent parfois des effets secondaires : nausées, vomissements, irritation des muqueuses, constipation ou encore diarrhées. Ces effets secondaires peuvent entraîner des difficultés pour s’alimenter. Le goût et l’odorat deviennent différents et quelquefois même sont altérés. L’appétit et l’envie de manger diminuent. L’alimentation devient alors déséquilibrée et consulter un diététicien est fortement conseillé.

Les variations du poids (3) 

Il est primordial de maintenir son poids de forme pendant le traitement (2,3). Avec l’avis du médecin ou du nutritionniste, une légère perte de poids doit être encouragée chez les personnes en surpoids. A l'inverse, attention si la perte de poids est trop importante. En effet, lorsque le poids varie de façon importante cela traduit une modification de l’état de santé et nécessite un contrôle médical. 

Quelques conseils pour bien s’alimenter pendant le traitement (3, 4) 

Bien s'hydrater: il est recommandé de boire au moins 1 L à 1,5 L d’eau par jour.

Diversifier son alimentation de manière équilibrée: les fruits et les légumes ont un effet protecteur sur la plupart des cancers. Néanmoins, il faut éviter de mélanger le pamplemousse et certains médicaments : un simple verre de jus de pamplemousse peut modifier la quantité de principes actifs de certains médicaments et favoriser leurs effets indésirables. Dans tous les cas, évitez les aliments acides, les mets épicés et pimentés.

Pour l’apport en glucides, il est recommandé de privilégier les céréales complètes et les légumineuses, riches en fibres: pain, pâte, riz. Un apport conséquent en protéines est important à toutes les étapes du cancer. Il faut préférer les aliments pauvres en graisses comme le poisson, la volaille maigre, les œufs et les produits laitiers allégés.

Sauf en cas de perte de poids, il est recommandé de réduire la consommation de mauvaises graisses, qui se trouvent principalement dans: les laitages entiers (lait entier, beurre, fromages) ; les charcuteries grasses (saucisson, rillettes, gras des charcuteries) ; les viennoiseries ; les plats cuisinés tout préparés ; les viandes grasses (entrecôte, agneau, côte de porc…).

En cas de manque d’appétit (5)

Pour faire face à la maladie, il est important de maintenir une hygiène de vie saine et équilibrée.

Il faut chercher à conserver le plaisir de manger, en relevant les saveurs avec des condiments tels que le basilic, la menthe, l'origan, ou en enrichissant les plats avec du fromage râpé, de la béchamel, du jambon ou de la crème fraîche.

Une alimentation ni trop chaude, ni trop froide peut mieux convenir en cas d’irritations du système digestif. Pour éviter les nausées, il peut être utile d’adopter des modes de cuisson qui dégagent moins d’odeurs fortes. En cas de diarrhées ou de constipation, il faut adapter son apport en fibres.

Fractionner les repas permet également d’augmenter sa ration calorique afin d’éviter la perte de poids. Dans la journée, on peut ajouter un goûter et des collations à base d’entremets « riches » : gâteau de riz, crèmes desserts ...

Pratiquer une activité physique régulière augmenterait l’appétit et diminuerait la constipation et la fatigue. L’exercice physique a également la particularité de favoriser le bien-être, d’améliorer la santé et de préserver l’autonomie.

Les compléments alimentaires (5)

Aucune étude n’a pu démontrer clairement et définitivement un effet bénéfique de la prise de compléments alimentaires lors du traitement d’un cancer, cependant, en cas de métastases osseuses, des compléments de calcium et de vitamine D sont généralement prescrits , également dans le cas où vous en auriez besoin pour améliorer votre situation globale.

Ils peuvent être associés à des médicaments (bisphosphonates,…) pour solidifier les os et éviter qu’ils ne se fracturent. L’avis du médecin ou du nutritionniste est donc primordial. Ils pourront aussi vous orienter vers des suppléments nutritionnels du commerce.

Sources 

(1) Dossier "Nutrition pendant le cancer", Réseau National Alimentation Cancer Recherche (NACRE) de l’INRA (http://www6.inra.fr/nacre/Pendant-le-cancer) 

(1bis) Inserm, Cancer et nutrition, http://www.inserm.fr/thematiques/cancer/dossiers/cancer-et-nutrition 

(2) « La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique », Guide patients, InCA, mai 2015 

(3) « Alimentation et cancer : comment s’alimenter pendant les traitements », Ligue contre le cancer, novembre 2010 

(4) « L’alimentation pendant un cancer », Fondation belge contre le cancer, www.cancer.be 

(5) Société canadienne du cancer, consulté le 29/12/2015 http://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/diagnosis-and-treatment/managing-side-effects/loss-of-appetite/?region=bc