12 juillet 2017
-
5 min de lecture

Traitement par voie orale

 
Voir le contenu
retour aux magazine

 

Les traitements contre le cancer par voie orale se sont beaucoup développés ces dernières années et le nombre de patients atteints d’un cancer et recevant ce type de traitement a augmenté de façon importante. (1, 2)

 

 

Il existe de plus en plus de traitements contre le cancer par voie orale, aussi appelés per os, notamment en ce qui concerne la prise en charge de la leucémie. La plupart de ces traitements oraux sont des thérapies ciblées. L’énorme majorité des patients recevant un traitement par voie orale prend ce traitement pendant longtemps, jusqu’à progression de la maladie ou développement d’une intolérance au traitement (voir l’article consacré aux thérapies ciblées). (1, 2)

 

Efficacité et autonomie

 

Le mode d’administration par voie orale présente divers avantages pour le patient. Plus simple d’administration que par voie intraveineuse par exemple, le patient peut prendre son traitement à la maison, sans avoir à se rendre à l’hôpital, ce qui peut représenter un confort indéniable. Il est autonome et responsable dans la prise de son traitement. (1, 2)

 

Un mode de prise qui nécessite une bonne observance

 

Néanmoins, il peut être difficile pour certains patients de se retrouver seul pour gérer son traitement et les éventuels effets indésirables. Face à cela, le risque de mauvaise observance est réel : il est important de suivre scrupuleusement la prescription pour garantir l’efficacité du traitement. Il est essentiel d’être impliqué dans son traitement, l’éducation thérapeutique peut aider les patients. (1, 2) Une bonne observance des traitements est fondamentale pour un bénéfice optimal, aussi bien en termes d’efficacité que de qualité de vie. Afin d’améliorer l’observance en pratique, différents outils sont disponibles. Les systèmes d’alarmes (montres, avertisseurs de poche, alarmes vocales, logiciels et applications), les boîtiers et piluliers électroniques et l’usage de calendriers peuvent être proposés pour l’optimisation de la poursuite des traitements, notamment par votre pharmacien. (3, 4)

 

 

Références bibliographiques :

(1) Institut national du cancer, « Anticancéreux par voie orale », http://www.e-cancer.fr/Presse/Dossiers-et-communiques-de-presse/Anticancereux-par-voie-orale, consulté le 04/04/2017 

(2) Institut national du cancer, « la chimiothérapie orale du cancer en 2014 », décembre 2015, p. 2 à 5.

(3) « Factors influencing adherence to cancer treatment older adults with cancer : a systematic review », M.T.E. Puts, H.A. Tu, A. Tourangeau, D. Howell, M. Fitch, E. Springall & S.M.H. Alibhai, Annals of Oncology Advance Access, Novembre 2013 

(4) « La mesure de l’observance du traitement, la technologie au service du pharmacien et du patient », Pierre-Hugues Aubin, Karine Cloutier ; Françoise Dubé, denis Lebel, Ema Ferreira, Pharmactuel, Vol 38 n°4, Août-septembre 2005

Tags