7 mars 2016
-
5 min de lecture

Prendre aussi soin de sa sexualité

 
Voir le contenu
retour aux magazine

Prendre aussi soin de sa sexualité

Souvent délicate à aborder (tant pour les patients que pour les proches et les soignants qui les accompagnent), la sexualité intègre une dimension de la qualité de vie. Elle peut tenir une place importante dans la vie du patient et être malmenée par la maladie, les traitements et leurs conséquences. Pourtant, des réponses et des solutions existent pour surmonter ces moments difficiles.

 

Comprendre

La sexualité et la vie intime influencent directement la qualité de vie des personnes atteintes d’un cancer et de leur partenaire, pendant et après les traitements. « L’événement que constitue l’annonce du cancer peut retentir émotionnellement sur la vie intime et sexuelle, souligne Eliane Marx, psychologue et sexologue au Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC) Paul Strauss à Strasbourg1Les troubles sexuels secondaires au cancer et à ses traitements sont fréquents et variables. Ceux-ci peuvent en effet induire fatigue et douleur, causant une perte d’intérêt pour la sexualité. Par ailleurs, la modification de l’image du corps et de l’estime de soi peut également avoir une incidence sur la vie sexuelle.  Il est essentiel de connaître ces effets secondaires pour pouvoir améliorer la qualité de vie en général, et plus particulièrement la sexualité des patients. » En effet, les traitements peuvent entraîner des effets secondaires, plus ou moins réversibles et à plus ou moins long terme. Ils peuvent apparaître à la suite d’une chimiothérapie, d’une intervention chirurgicale, d’une radiothérapie, ou encore d’une hormonothérapie.

L’événement que constitue l’annonce du cancer peut retentir émotionnellement sur la vie intime et sexuelle

Qualité de vie

Ces conséquences sur la sexualité et l’intimité influencent directement la qualité de vie des patients mais aussi celle de leur partenaire. « La sexualité est  un aspect important de la qualité de vie qui ne doit pas être négligé, poursuit Eliane Marx. Pouvoir maintenir l’intimité avec son partenaire constitue une source importante de soutien durant le parcours de la maladie. Bien que certains patients n’abordent pas spontanément la question de la sexualité, la plupart d’entre-eux apprécient la possibilité d’évoquer avec les soignants les répercussions de la maladie et des traitements sur leur intimité et leur vie sexuelle ». La sexualité pouvant être altérée, le dernier Plan cancer 2014-2019, souligne l’importance de prendre en compte et d’évaluer aussi bien pendant la maladie que dans l’après-cancer les effets secondaires et les séquelles de la maladie et des traitements. 

 

Accompagnement

Il faut savoir se faire accompagner pour mieux affronter les  changements entraînés par le traitement. Il est nécessaire de pouvoir poser sans gêne, ni honte ses questions aux soignants. Il est également important d’être attentif et de bien recenser les difficultés et les effets secondaires ressentis afin de pouvoir les décrire à l’équipe soignante. Celle-ci peut alors proposer des réponses adaptées pour préserver et retrouver la meilleure qualité de vie possible. Dans ce cas, orienter vers un sexologue peut s’avérer un facteur d’amélioration de qualité de vie : « Le travail des sexologues consiste à aider les patients qui sont en difficulté dans leur vie sexuelle, explique le Docteur Carol Burté, médecin andrologue et sexologue. En effet, bien souvent, les patients n’osent pas aborder ces questions intimes. Ils doivent déjà assimiler toutes les notions médicales. Cette consultation est essentielle car elle offre un espace dédié au patient pour parler de sa vie intime. »

 

Quelques conseils pour une meilleure qualité de vie relationnelle, intime et sexuelle

  • Parler de ses difficultés, de ses craintes, de ses sensations avec son partenaire, mais aussi avec l’équipe soignante : s’agissant de sexualité, il n’y a pas de question bête.  Si l’on a du mal à s’exprimer oralement, l’écrire peut aider.
  • Comprendre et expliquer à son partenaire qu’une baisse de désir peut être due aux effets secondaires du traitement.
  • Apporter une réponse adaptée en cas de douleurs  lors des rapports sexuels  
  • Adapter sa sexualité à la situation : positions (si douleurs), horaires (si fatigue)… 
  • Savoir être patient
  • Savoir faire preuve d’imagination !

 

Une affaire de couple

Le rôle de l’entourage est fondamental avec, en première ligne, bien évidemment, le partenaire. Plus encore, quels que soient le traitement et le degré de récupération, la maladie ne doit pas être un obstacle infranchissable au partage et à la satisfaction réciproque. « Lorsque l’on est en couple, il est important de pouvoir sauvegarder la qualité de la communication, car le cancer peut induire un repli sur soi souligne Eliane Marx. Il faut pouvoir poser des mots sur ce que l’on ressent, sur ses préoccupations, ses peurs, qui peuvent être un frein à l’expression de la vie intime et sexuelle. Plus encore, il est important de préserver la tendresse, la complicité, la proximité dans le couple. La sexualité ne se résume pas à la pénétration. Certains patients ont tendance à faire chambre à part, par peur de déranger l’autre. Il faut au contraire ne pas favoriser l’éloignement physique dans le couple. » Et surtout, il est fondamental de pouvoir échanger, simplement pour éviter des malentendus, une mauvaise interprétation de la situation : « c’est pourquoi il est important d’exprimer ses désirs, ses envies ou au contraire leur absence », rappelle Eliane Marx.  Pour améliorer la qualité de vie, « il faut améliorer encore la communication dans le couple, corrobore Carol Burté. La plupart des gens semblent « faire » l’amour et non pas le vivre. Il y a bien souvent un manque de partage et de complicité du fait que ce sont des choses dont on ne parle jamais dans le couple ou trop peu. »

 

Référence bibliographique :

(1) E. Marx, S. Schraub « Sexualité et cancer – information destinée aux femmes » et « Sexualité et cancer – information destinée aux hommes, Ligue nationale contre le cancer,  juin 2011