20 août 2018
-
2 min de lecture

Le suivi post-greffe en cas de myélome multiple (1,2)

 
Voir le contenu
retour aux magazine

Le myélome multiple est une maladie de la moelle osseuse caractérisée par la multiplication anormale de plasmocytes dans la moelle. L’un des traitements proposés au patient consiste en l’autogreffe de cellules souches, une intervention qui nécessite un suivi particulier. Explications avec le Pr Mohamad Mohty, chef du service d’hématologie à l’hôpital Saint-Antoine (AP-HP).

 

Qui peut être greffé ?

Lorsqu’il est question d’une greffe dans le cadre du myélome multiple, il s’agit d’une autogreffe, au cours de laquelle ce sont ses propres cellules souches qui sont greffées au patient. 

Depuis 25 ans, l’autogreffe de cellules souches est un traitement bien établi et installé pour le myélome multiple du sujet jeune, c’est-à-dire de moins de 65 ans. Le recul sur la pratique garantit son efficacité et sa sécurité. Cependant, aujourd’hui, les équipes médicales tiennent davantage compte de l’âge physiologique, c’est-à-dire de l’âge déterminé par les antécédents médicaux de la personne, ses comorbidités et ses facteurs de risques.  

 

La préparation de l’autogreffe

Les patients relativement jeunes ou en bonne condition physique pour lesquels le diagnostic de myélome multiple est posé se voient proposer l’autogreffe. Ce traitement n’est pas opposé au médicament : il s’agit d’un « package ».

Le patient reçoit un traitement médicamenteux d’induction, pendant trois ou quatre cycles, en ambulatoire, visant à tuer les cellules myélomateuses. En parallèle, les cellules souches du patient sont extraites de sa moelle osseuse vers le sang périphérique, puis triées – étape de la cytaphérèse – et congelées.

 

Hospitalisation de deux à quatre semaines

Une fois cette étape réalisée, le patient est hospitalisé pour l’autogreffe pendant deux à quatre semaines où il se voit administrer une chimiothérapie intensive. Au cours de ce traitement, l’ensemble des cellules de sa moelle osseuse sont détruites. Les cellules souches collectées en amont sont ensuite réinjectées par une transfusion. Elles mettent une dizaine de jours environ pour reconstituer la moelle osseuse.

 

L’hospitalisation en chambre isolée a donc toute son importance car, pendant cette période où l’activité de la moelle osseuse est bloquée, le patient est en aplasie.

Un traitement de support est administré afin de passer le cap aigu des effets indésirables parmi lesquels :

  • La diminution du nombre de globules rouges qui entraîne une anémie, donc une grande fatigue,
  • La diminution du nombre de plaquettes qui génère un risque d’hémorragie,
  • La réduction des défenses immunitaires, entraînant un risque d’infection,
  • Une mucite buccale ou intestinale nécessitant la prise de morphiniques,
  • Crises de diarrhée.

 

Après l’autogreffe

Lorsque les cellules souches accomplissent de nouveau leur rôle dans le sang et sont de retour dans la moelle osseuse, les complications diminuent progressivement jusqu’à disparaître. Généralement, après un mois, les patients rentrent à domicile.

Ils sont convoqués régulièrement en consultation à hôpital de jour pendant trois mois, période pendant laquelle ils restent fragiles. L’autogreffe doit également cicatriser. Puis, après le troisième mois se pose la question du traitement post autogreffe. Il s’agit d’un traitement de consolidation et d’entretien pour renforcer l’éradication de la maladie.

 

Généralement, les patients ne bénéficient que d’une seule autogreffe mais pour certains, il est question d’en réaliser une seconde. Le protocole est identique mais le traitement va être plus difficile et fatigant à supporter pour le patient.

 

Article rédigé en collaboration avec le Pr Mohamad Mohty, chef du service d’hématologie à l’hôpital Saint-Antoine au sein de l’AP-HP. Interview réalisée le 8 janvier 2018.

 

Notes : 

(1)  Société canadienne du Cancer,
http://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/multiple-myeloma/treatment/stem-cell-transplant/?region=on 
http://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/diagnosis-and-treatment/stem-cell-transplant/?region=on

(2) « Comprendre - traitement à haute dose avec greffe de cellules souches », International Myeloma Foundation, p.12, p.15 à 18

Tags